• Les débuts...

    Mon père possédait un appareil Kodak 6x9 pliant, datant d'avant la guerre. A chaque fois que je voulais faire des photos, je me retrouvais avec cet engin dont les performances étaient pour le moins limitées. Les résultats étaient toujours décevants... J'avais pu tester les différences avec l'appareil de mon cousin, un 24x36 classique du début des années 60. Finalement, un de mes premiers vrais achats, lors de mon entrée dans la vie professionnelle en 1967, fut celui d'un 24x36 Kodak.

    canot à Angers - 1967

    J'ai pu prendre déjà pas mal de photos avec cet engin mais quasiment pas de trains...

    Charpente près d'Angers - 1968

    En 1971, l'achat d'un premier réflex de marque Canon aller bousculer un peu les choses. Mais à l'époque la photographie est un hobby coûteux. Pas question de mitrailler à outrance, il faut savoir se retenir ! Le manque de moteur aide aussi à limiter le nombre de clichés, pas de "rafales" donc, et les pellicules, même de 36 vues, peuvent être vite terminées.

    Bateaux dans le goulet de Brest - 1967

    Je ne suis pas un artiste, mes photos se veulent documentaires avant tout ; alors, bien souvent à cette époque, les pellicules N&B seront utilisées car je me suis équipé pour les développer et les tirer.

    Une ancre sur un quai à Brest

    Plusieurs appareils plus tard, le numérique débarque et chamboule tout. On peut "mitrailler" sans même y penser, plus de développement, plus de coût prohibitif, on peut se lâcher.

    Une vague en Bretagne - 1967

    Jusqu'à ce jour de septembre 2013 ou je me fais attaquer pour me voler l'appareil sur une passerelle au dessus du triage de Villeneuve St Georges. Passage par les urgences, dépôt de plainte évidemment restée sans suite, et vision différente de la "chasse photographique"...

    Coucher de soleil - Brest 1970

    Il y a maintenant des endroits à éviter, c'est certain, mais pour les autres ? Bref le plaisir s'est pour le moins estompé !!!

    Dans un port breton