• Quelques kits

    Si au début des années 70, il n'existait aucun kit de matériel ferroviaire de type français, les choses commencèrent à changer à la fin de la décennie grâce notamment à l'apparition du fourgon "M" Carmina. Par la suite l'offre va augmenter avec l'émergence de nouveaux concepteurs. Voyons au travers de quelques uns de mes modèles l'évolution mais, décennie par décennie...

    Remarque
    Le kit est un domaine un peu particulier car il met face à face un concepteur et un monteur. On arrive vite à l'idée que la conception est nécessairement la partie noble du travail, c'est l'oeuvre d'un "créateur". A l'inverse, le monteur est un peu le parent pauvre de l'oeuvre, il n'a qu'à monter selon les directives du créateur !
    Pourtant les choses ne sont pas aussi tranchées car les kits, dont il est question ici, ne se résument pas à un simple assemblage de pièces terminées, où, si le concepteur est génial, le montage sera simplissime et obligatoirement réussi. Avouons que ce n'est jamais le cas et finalement la technique, voire le talent, du monteur, permettront à l'ensemble de pièces de départ de prendre réellement vie et de se métamorphoser en un très beau modèle.
    Un kit mal conçu, monté par quelqu'un qui maîtrise parfaitement les techniques à appliquer, aura toutes les chances de se transformer en un résultat très satisfaisant.
    Un kit idéalement conçu, monté par quelqu'un qui ne sait pas se servir de ses mains, risque de se transformera en un "machin" sans rapport avec l'objet attendu.
    Pour obtenir un bon résultat, il faut que le monteur apprenne à utiliser les différents techniques et outils nécessaires à la réalisation, seul un apprentissage progressif permet de le faire. Il faut accepter avec humilité de passer par cette étape indispensable et enrichissante.
    Finalement, aussi réussi, aussi génial que puisse être le kit originel, il ne donnera naissance à un bel objet que par le travail de celui qui en assurera le montage ; c'est en quelque sorte une oeuvre "à 4 mains" !